evdg002 evdg001 evdg003 bandeaux_4 bandeaux_1 bandeaux_3 bandeaux_2 bandeaux2014_7 Professeurs agrégés
École du Val-de-Grâce

Pour une formation adaptée

École du Val-de-Grâce | Bibliothèque - Musée | Musée du Service de Santé des Armées | Actualités/Evènements | Depardon

Raymond DEPARDON : 1962 - 1963 photographe militaire

Retour

Mise à jour :12/02/2019

Histoire d'une redécouverte ...

Pour voir le teaser de l'exposition, cliquez ICI

Célèbre pour son œuvre photographique, ses réalisations cinématographiques et ses nombreux ouvrages dans lesquels il tisse un dialogue réflexif entre texte et image, Raymond Depardon est un auteur total, sans frontières ni limites, un témoin sensible et engagé des époques qu’il traverse, des territoires qu’il arpente et des habitants qu’il rencontre.

Mais quels souvenirs précis conserve-t-il de son service militaire? Au cours d’un reportage en Algérie, en 1960, il rencontre des photographes militaires du journal Bled, qui lui donnent l’idée de faire son service au sein de la revue des armées. Affecté à la rédaction parisienne de TAM (Terre Air Mer magazine) au grade de brigadier en juillet 1962, Raymond Depardon découvre une atmosphère de travail très libre rassemblant des officiers et des conscrits issus du monde des arts et du journalisme. Au fil des images de Raymond Depardon et dans le défilement des articles de la revue, se dessinent décors et histoires, petites et grandes. Celle de l’aventure d’un Paris Match militaire, TAM magazine, Des archives de la revue surgissent des noms d’anciens appelés aujourd’hui célèbres : Philippe Labro, Jacques Séguéla, Francis Véber,

Pour le compte de TAM, entre les mois de juillet 1962 et d’août 1963, Raymond Depardon entreprend un véritable tour de France militaire au côté des différentes unités et photographie du sol, du ciel et de la mer, réalisant ainsi un panorama du territoire métropolitain, pour des entraînements ou des événements sportifs, pour des sujets de sociétés ou institutionnels. Il expérimente sans cesse à l’aide du Rolleiflex grand angle dont la revue le dote, saisit sur la pellicule une armée française engagée dans le bond technologique des « Trente Glorieuses » et fixe le portait d’une génération : « Apprenez à diriger infailliblement votre œil vers la photo à faire, comme un chasseur à la recherche de sa proie; apprenez à faire de l’objectif de votre appareil le prolongement instantané de votre œil exercé, en un mot, apprenez à photographier comme vous respirez  ».

Depuis leur parution dans le magazine, les images de Raymond Depardon n’ont plus jamais été vues.
Ce corpus de jeunesse, uniquement constitué de négatifs et de planches contacts, est conservé au sein des archives de TAM, à l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD), l’héritier des sections cinématographiques et photographiques de l’armée créés en 1915, installé au fort d’Ivry-sur-Seine depuis 1946.
Le travail effectué sur ce fonds et la numérisation de l’intégralité des photographies en 2014 a mis au jour une facette inédite du parcours de Raymond Depardon.

Au-delà du contenu scientifique de l’exposition qui retrace le contexte historique, culturel et sociétal du rôle d’un photographe devenu majeur et de sa production dans le cadre d’une commande pour la presse d’un ministère régalien en pleine transformation médiatique, le parcours se conçoit également comme une réflexion sur les usages et les statuts de la photographie, à la croisée des notions de documents, d’archives et d’œuvres.

Haut
Copyright 2019 | Mentions légales