evdg002 evdg001 evdg003 bandeaux_4 bandeaux_1 bandeaux_3 bandeaux_2 bandeaux2014_7 Professeurs agrégés
École du Val-de-Grâce

Pour une formation adaptée

École du Val-de-Grâce | L'École | A mettre à la une | LE CESimMO EVGD et sa capacité d’innovation au DGA­‐LAB

Le CESImMO PARIS (EVDG) démontre sa capacité d’innovation à la Ministre des Armées au DGA-LAB

Mise à jour :01/12/2017  - Auteur :  RAMADE Sébastien

  Le 16 novembre 2017, Madame Florence PARLY, Ministre des Armées, a visité le DGA-­LAB avec Monsieur Joël BARRE, Délégué général pour l’armement pour une démonstration des savoirs-­faire développés et soutenus depuis 18 mois par cet incubateur de l’innovation au profit de la défense.
 
Le DGA LAB a pour mission de mettre en relation les compétences civiles et les besoins des opérationnels afin de répondre de manière rapide et pragmatique à des problématiques irritantes. L’objectif n’est pas de développer un produit à 100% efficace, mais partiellement afin de privilégier la rapidité de réponse à son exhaustivité.
 
A cette occasion, le CESimMO PARIS a pu présenter son partenariat développé avec la start-­up BIOMODEX qui développe des simulateurs de chirurgie à partir d’organes synthétiques imprimés en 3D à partir d’imageries médicales. Ainsi, après isolement de la lésion anatomique complexe, une reconstitution avec les mêmes propriétés biomécaniques est réalisée grâce à une imprimante 3D, permettant ainsi au praticien de s’entrainer au geste curateur avant l’intervention sur le patient. Cette candidature au financement RAPID a été déposé afin de permettre le développement de nouveaux algorithmes des générations de matériaux anatomiques composites imprimés en 3D.               

 Ainsi, le CESImMO PARIS, devenu le centre de référence à la formation à la prise en charge de victimes d’attentat en pré-­‐hospitalier depuis 2016, va participer au développement d’un outil d’entrainement à la coniotomie hyperréaliste très éloigné des outils pédagogiques actuellement en dotation. La demande civile et militaire (France et OTAN) est potentiellement importante car les apprenants ne peuvent pas prendre réellement conscience de la difficulté de ce geste invasif. La seule alternative crédible disponible est de travailler sur un réacteur animal dont la législation liée à son utilisation est de plus en plus contraignante.
 
 Madame la Ministre a fait preuve d’un grand intérêt pour ce projet et de ses perspectives à long terme : anticiper le traitement d’une lésion de guerre en créant des prototypes de la lésion anatomique à partir des images du scanner du rôle 2. Après transfert à l’HIA d’accueil, le chirurgien pourra s’entrainer en attendant que le blessé soit acheminé sur sa structure, majorant ainsi le taux de succès de son geste.
 
 Il s’agit donc d’un bel exemple d’ouverture et d’innovation à travers un partenariat civilo‐militaire gagnant pour chacun.
 

MC Sébastien RAMADE

CESImMO PARIS/EVDG

Sources : RAMADE Sébastien

Haut
Copyright 2017 | Mentions légales